Accroche: 

Yves Dubreil, « PÈRE DE TWINGO ».   Pour raconter « la vie qui va avec ».

Twingo fête ses 20 ans cette année. La « grande-petite » Renault n’aurait jamais vu le jour sans la persévérance et la pertinence – voire l’impertinence – de son directeur de projet : Yves Dubreil. Célèbre dans toute l’entreprise pour son franc parler et un triptyque ‘barbe, pipe et bretelles’ qui vaut toutes les cartes de visite, Yves Dubreil se fait aussi remarquer par ses dessins. Grâce à eux, il faisait passer ses messages avec force, emportant, les décisions les plus importantes.

Voici 20 dessins autour des moments forts de la vie de Twingo, tous signés de la main du père de la turbulente citadine. Ils sont autant de clins d’œil à l’aventure humaine et aux équipes du projet original, comme à celles qui font vivre le modèle  actuel  et  préparent  déjà  les  petites  Renault  de demain.  Avec  le  même  esprit  créatif,  innovant  et  parfois décalé qu’il y a 20 ans !

« CV express » : coup d’œil dans le rétroviseur intérieur d’Yves Dubreil

Né à Rennes en 1947, Yves Dubreil partage son enfance entre la galerie de tableaux de son père et sa passion pour l’automobile : ses cahiers sont ainsi «enrichis» de dessins de voitures.

Il rencontre Jean-Martin Folz en prépa où ils préparent ensemble les concours. À sa sortie de Polytechnique, il «pantoufle» pour entrer plus vite dans l’automobile chez Renault : il aime donc à se déclarer «X-autodidacte».

Sa carrière est marquée par la transversalité et le travail coopératif. Après un parcours varié et
atypique, il est responsable pendant 5 ans de l’Unité-sièges, puis viennent enfin les projets automobiles : concept-car Mégane et surtout Twingo. Il y attrape le virus de la prospective et de l’innovation. Après un nouveau passage par la case « projets » (Laguna 2, Velsatis et Espace 4), il revient à l’ingénierie avec la responsabilité d’y organiser le développement de l’innovation.

C’est ainsi qu’il termine sa carrière chez Renault comme «Chief Trouble Maker», rôle découvert en Silicon Valley et que l’on peut traduire pudiquement par «Chef empêcheur de tourner en rond». Considérant qu’un petit dessin vaut mieux qu’un long discours, il émaille souvent les réunions de croquis qui témoignent de son humour auto-critique. Son look doit beaucoup à son amour de la bonne chère et à son usage immodéré des bretelles colorées.

Depuis son départ en retraite en 2010, il est Président de Renault Histoire, parce qu’il est convaincu que l’histoire est le plus court chemin vers l’innovation.

Y.D. Juillet 2013

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.